Les romans du Levant

Goutez aux plaisirs indicibles et souvent cruellement exigeants qu’offre la civilisation japonaise.

Chacune de mes productions littéraires aborde la vie telle que la croyait l’Occidental que j’étais et ma découverte d’un autre univers, bien au-delà de la fiction extrême-orientale que j’imaginais.

Inspiré l’un comme l’autre par la découverte de l’Orient et de ses arts traditionnels, je vous propose deux projets d’écriture qui se différencient grandement par leur structure narrative : le livre premier se limitera en effet à un seul volume racontant une histoire d’un seul tenant alors que le livre second se composera au contraire d’un chapelet de multiples nouvelles reliées au sein d’un cycle, le Cycle du Geidou.

Livre premier : Virage à l’Est d’un enfant du millénaire

Ce roman autobiographique sera centré autour des notions d’expatriation au Japon, d’éveil aux plaisirs du corps et à la passion, plus brulante encore, de l’esthétique japonaise. J’y causerai aussi beaucoup de modernité, d’aliénation, de rapport à la transcendance et d’identité. Vous découvrirez, en somme, un petit morceau de la crise occidentale contemporaine romancée et vue au travers du parcours chaotique d’un bourgeois déclassé en quête de sens.

%

Progression

Livre second : Le cycle du Geidou

Cette série de fictions courtes s’inspire régulièrement de mes années de vie à Kyushu, de ma découverte de la Calligraphie japonaise, du monde de la Cérémonie du Thé et de l’Ikébana. L’ouvrage se compose d’une myriade de petites nouvelles de genres toujours différents, mais prenant toute leur place dans l’univers du Geidou.

Le Geidou décrit littéralement la voie des arts en langue japonaise, autrement dit des arts traditionnels nippons.
Comment peut-on alors encore y accéder à l’époque du manga, du shoen ai, et de la miniaturisation à outrance ? Facile en vérité !

Première période : Hasumi

Avec ce premier opus du Cycle du Geidou, vous suivrez le parcours initiatique d’un jeune homme qui sort d’une thérapie après une tentative de suicide.

Il voulait, il espérait, en finir avec sa morosité une bonne fois pour toutes. Le bougre devient alors, sur les conseils de son analyste, le disciple d’une bien étrange maitresse des encres.

Las ! Au fil de son enseignement, une série de détails de plus en plus troublants le feront cependant douter, de plus en plus étrangement : la vieille sorcière sadique lui cacherait-elle un secret, ou est-ce plutôt sa santé mentale qui vacillerait une nouvelle fois devant les horreurs lui dévorant le cœur depuis tant d’années ? Il ne sait plus. Il court, il court, il court…

%

Progression

La philosophie de la professeure de thé

Ma professeure de thé m’expliquait qu’il fallait s’être d’abord vidé le cœur pour bien servir.

N’est-ce pas le propre de tout écrivain et plus précisément de tout romancier ou une simple réminiscence des arts traditionnels nippons que veut à tout prix justifier un petit citoyen suisse devenu un grand citoyen du monde en expatriation au Japon ?

À vous de juger.

Inscrivez-vous dès maintenant à ma lettre de diffusion.

Suivez mes différents comptes de réseaux sociaux.

Soyez informés à l’avance de la sortie des ouvrages.

Contacter l’auteur

9 + 13 =

Pin It on Pinterest

Share This